lundi 19 juillet 2010

Peka

Une fois n'est pas coutume, ce n’est pas d’une plante sauvage dont il est question aujourd'hui mais d’un animal sauvage : la pieuvre. De mon dernier voyage en Croatie, j’avais en effet ramené quelques poulpes congelés péchés par Josip et dont il m’avait généreusement fait cadeau. Bien enveloppés dans leur emballage isotherme, ils avaient très bien supporté le voyage et ce n’est qu’il y a quelques jours que j’en ai décongelé une première partie.

Mon but : essayer de reproduire une spécialité dalmate, la peka, qu’on pourrait traduire en français par "cloche". Il s’agit d’un mode de cuisson un peu comparable au tajine maghrébin. Mais ici, au lieu d’un plat en terre qu’on place dans un four, c’est une cloche métallique hémisphérique qui sert à couvrir les ingrédients pendant leur cuisson sous un tas de braises. Bien qu’elle se fasse traditionnellement avec de la viande, on en trouve aussi faite à base de pieuvres et de calamars.

L’utilisation des braises étant plutôt délicate dans un appartement, je me suis contenté d’approximations permettant de se rapprocher de ce type de cuisson. Le résultat final obtenu, pas si loin de ce que j’ai pu déguster en Croatie, me laisse penser que j’ai fait les bons choix.

Peka de poulpes avec les moyens du bord

Ingrédients :

  • Quelques poulpes vidés de taille moyenne, congelés afin de les attendrir
  • Pommes de terre (poids identique aux poulpes)
  • Quelques gousses d’ail
  • Huile d’olive
  • Thym (feuilles sans branches)
  • Sel

Préparation :

  • Décongeler les poulpes avant de bien les laver
  • Les couper en gros morceaux
  • Eplucher et couper les pommes de terre en gros morceaux
  • Placer une grande poêle à fond non téflonné sur feu doux
  • Y verser un peu d’huile d’olive afin d’en napper le fond
  • Répartir ensuite les morceaux de poulpe, de pomme de terre et les gousses d’ail épluchées
  • Arroser généreusement avec une bonne quantité d’huile d’olive
  • Ajouter le thym et saler
  • Couvrir avec une cloche métallique (de mon côté, j’ai utilisé un grand cul de poule en acier de la même taille que la poêle) tout en faisant en sorte de laisser quelques millimètres d’espace entre la poêle et la cloche (j’ai utilisé des fourchettes)
  • Cuire à feu doux (très légère ébullition) pendant une heure et demie

Les pommes de terre sont devenues fondante et ont pris le parfum du poulpe, qui de son côté s’est confit pour devenir tendre et savoureux… un délice !

1 commentaire:

  1. Voilà le type de recette que j'adore: simple et directe, en plus le poulpe est super bon; de temps en temps la superette à côté de chez moi en vend, ils font entre 2 et 4 kg,surgelés en provenance du Portugal.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...