vendredi 23 juillet 2010

Prunes

Difficile de trouver l’origine de ces quelques pruniers sur lesquels je suis tombé, au milieu des hautes herbes et des ronces. Leur nombre (une dizaine sur environ un hectare) et la présence de deux noyers plaiderait plutôt pour un ancien verger. D’un autre côté, il s’agit principalement de pruniers-cerises dont la vocation est plutôt décorative… étrange.

Mais bon, à quoi bon chercher trop d’explications, ancien verger, arbres cultivés naturalisés , sauvages ou non, qu’importe pourvu que les fruits soient comestibles !

Comestibles, oui, mais pas fameux dégustés crus. Contrairement à d’autres prunes comme la mirabelle ou la reine-Claude, les prunes-cerises ont une texture farineuse qui masque un peu leur goût acidulé et leur saveur sucrée. Elles sont beaucoup plus adaptées à la cuisson, en confitures, compotes ou tout simplement en tartes.

 
Petits crumble de prunes-cerises

Ingrédients (pour 4 petits moules) :

  • 350g de prunes-cerises (entre 40 et 50 fruits)
  • 50g de farine
  • 50g de sucre semoule
  • 40g de beurre froid

Préparation :

  • Chemiser (beurrer et fariner) les moules à tartelette
  • Saupoudrer le fond avec un peu de sucre semoule
  • Couper les prunes en deux pour en retirer le noyau et les répartir dans les moules
  • Mêler la farine, le sucre et le beurre de manière à obtenir un appareil grossier
  • L’émietter au dessus des quatre moules afin de recouvrir les prunes
  • Placer au four à 180°C pendant 15 minutes environ (jusqu’à ce le crumble soit bien doré)

8 commentaires:

  1. Je crois reconnaitre les pruniers qui sont dans mon verger : ce sont certainement des myrobolan?
    Ces fruits font une délicieuse confiture, sucrée et acidulée!

    RépondreSupprimer
  2. D'après les informations que j'ai pu trouver, il s'agirait effectivement de myrobalan (prunus cerasifera)...

    RépondreSupprimer
  3. C'est sans aucun doute des pruniers myrobolan qui sont utilisé comme porte greffe et qui se reproduisent tout seul par semis naturel ce qui explique sa propagation dans un verger abandonné
    Garance de la drôme provençale

    RépondreSupprimer
  4. ce prunier pousse spontanément si un oiseau ( genre corbeau) balade des noyaux ( les noix aussi!) J'ai trouvé , une fois, un pommier genre golden en pleine foret.....Surement pas un ancien verger, plutôt un jet de trognon par un promeneur!
    mais elles son bonnes ces peyites prunes ( je préfère la version rouge foncée dans la palisse du champs voisin)

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Tu me donnes vraiment envie, je n'ai pas encore réussi à visiter les pruniers que j'avais repéré dans le bois de Boulogne.

    RépondreSupprimer
  7. je reviens de vacances et reprends la lecture de mes blogs préférés...Compliments pour le bouquin que j'achèterai surement!
    Merci pour tout!

    RépondreSupprimer
  8. Garance, mamapasta :
    Ca pourrait expliquer leur présence à cet endroit. Je viens d'ailleurs d'y retourner ce qui m'a permis de repérer aussi ce qui ressemble a des quetsches miniatures, plus parfumées et sucrées que les prunes-cerises du myrobolan (mais malheureusement presques toutes passées, déjà). En principe, les quetsche murissent plus tard : encore un nouveau mystère...

    Citronvert:
    Ne tarde pas, en l'espace d'une semaines, deux des pruniers que j'avais repéré avaient perdu presque tous leurs fruits !

    Thérèse:
    C'est la dernière ligne droite. La mise en page est pratiquement au point, il ne me reste que quelques pages à relire et les fautes d'orthographe à corriger (c'est pas mon fort !). J'ai hâte de le voir en vrai !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...