mardi 12 mai 2009

Le plein de soleil dans une cuillère

Ah le pissenlit, même lorsqu’il est trop amer pour être consommé en salade, il lui reste encore des atouts à faire valoir. Finies les feuilles, c’est aux fleurs qu’il faut maintenant s’intéresser. Cueillez-en une et humez la. Vous y trouverez un parfum de miel... Imaginez ce que ça peut donner en bouche !

Pissenlit

Alors ce week-end, à l’occasion de la visite de Marie-Emilie, journaliste travaillant pour le magazine « 100% Mag » sur M6, Aaron, Estelle, Frédéric, Marie-Christine, et Pierre se sont associés à moi pour cueillir (entre autres choses) quelques centaines de fleurs de pissenlit. Le but : confectionner un miel de pissenlit, préparation autrement connue sous le nom de « cramaillote » et dans une version gélifiée de « confiture de sorcière ».

Nous nous étions donnés rendez-vous à 9 heures. A cette heure-ci les fleurs (plus précisément les capitules) de pissenlits sont encore fermées. Elles hébergent des dizaines d’insectes qui profitent de la protection des boutons pour passer une nuit tranquille. C’est dans le sac en toile qui a accueilli notre cueillette qu’ils se sont ouverts et ont libérés leurs petits hôtes. Mon appartement se souvient encore de leur réveil ! Heureusement que le petit Aaron était là pour les chasser un par un.

C’est Frédéric et Marie-Christine qui se sont attelés à la délicate tâche de séparer les fleurs jaunes de leur réceptacle. Quatre cent fleurs, ça fait du boulot ! Pour éviter l’invasion des insectes, c’est dehors, sur la terrasse que le dépiautage a eu lieu. Et puis pendant que d’autres préparaient les orties, la berce, la bardane, l’armoise et la renouée du Japon qui allaient nous servir de repas, je me suis attelé à la préparation du succulent dessert.

Tartine de cramaillote

Cramaillote, ou miel de pissenlit

Ingrédients (pour environ 1kg de miel) :

  • 400 capitules développés de pissenlits
  • 1 orange
  • 1 citron
  • 1kg de sucre
  • 75cl d’eau

Préparation :

  • Séparer les fleurons du capitule et les mettre de côté. Attention : Il suffit de quelques morceaux de vert oubliés pour que la préparation devienne amère !
  • Amener l’eau à ébullition, y verser le jus de l’orange, du citron ainsi que la totalité des fleurons
  • Cuire à feu très doux pendant 30 minutes
  • Retirer du feu et filtrer pour récupérer le liquide qui a pris une belle couleur dorée
  • Replacer le liquide sur le feu et y verser le sucre
  • Cuire à nouveau et faire réduire à feu doux pendant une heure
  • Laisser ensuite refroidir doucement afin d’éviter la cristallisation, le miel s’épaissira de lui même
Miel de pissenlit et fromage de chèvre frais

Pour la dégustation, essayez d'en verser quelques cuillérées sur un morceau de fromage de chèvre frais. C'est tout simplement délicieux ! N'est-ce pas Marie-Christine... Au fait, pour les points « Weight Watchers », c'est combien ?

Un grand merci à Aaron, Estelle, Frédéric, Marie-Christine et Pierre pour leur participation, ainsi qu'à Marie-Emilie qui a quelque peu transgressé la neutralité journalistique pour nous préter main forte en cuisine.

Note : dés que j’en saurais plus à propos du reportage, en particulier sa date de diffusion, je ne manquerai pas de vous tenir informés et j’y consacrerai même peut être un article.

4 commentaires:

  1. marie-christine13 mai 2009 20:41

    J'en ai encore les yeux qui brillent rien que d'en parler.
    Journée tres agreable.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo bravo, j'en ai déshydraté pour en faire une boisson fermentée.
    On va bien voir!
    Et surtout donne nous les dates pour le reportage.

    RépondreSupprimer
  3. J'en ai fais voila quelques semaines de la cramaillote mais je la trouve un peu trop liquide bien que j'y ai mis de la pomme a macérer pour y récupérer la pectine ... mais cela n'enlève rien à son goût de miel succulent.

    RépondreSupprimer
  4. A naeco3 :
    Je serai curieux de voir ce que ça donne !

    A mister klean :
    La cramaillote qu'on a fait était aussi assez liquide lorsqu'elle était encore chaude (au passage : la cramaillote tiède sur un morceau bien froid de fromage de chèvre frais, c'est à tomber par terre). En refroidissant, elle s'est épaissie sans gélifier comme un miel très épais, mais sans se figer.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...