mardi 14 septembre 2010

Au bout des branches

En ce moment, ce sont les fruits qu’on trouve au bout des branches. Et depuis le début de l’été, ceux-ci sont particulièrement nombreux cette année...

Ca a commencé avec les prunes dont j’ai pu faire le plein en juillet. Les prunes myrobolan ne sont peut-être pas les meilleurs lorsqu’elles sont crues, mais en confiture, leur saveur acidulée fait merveille.

Acidulées également sont les nombreux petits fruits oranges des argousiers. Les branches de ces arbustes sont tellement chargées qu’on pourrait presque se contenter de les couper sans les égrainer pour préparer de la gelée de cette petite baie acidulée (recette ici).

Les mures aussi sont arrivées relativement tôt. Elles me semblent toutefois plus petites que les années passées, mais peut-être parce que les branches sont aussi plus chargées.

Le sureau fait un peu exception autour de chez moi. Il semble que ces petites baies n’aient pas apprécié l’été. Beaucoup d’entre-elles sont toutes desséchées, sans compter celles qui ont commencé à pourrir. Heureusement, ce n’est pas comme ça partout et ce qui est vrai à un endroit ne l’est pas quelques dizaines de kilomètres plus loin.

Comme les circonstances étaient particulièrement propices, je me suis décidé à tenter une première pour moi : le sorbier. Ses fruits, les sorbes, poussent en corymbe un peu à la manière du sureau. Elles ont un peu la forme de pommes miniatures de couleur rouge-orange ; pas vraiment étonnant puisque le sorbier est de la même famille, les rosacées. Particulièrement appréciées des oiseaux, elles lui ont valu son nom de sorbier des oiseleurs car les sorbes étaient utilisées comme appât pour la capture des volatiles.

Arbre de petite taille qu’on reconnait facilement à ses feuilles pennées aux folioles finement dentées, il se remarque encore plus facilement lorsque les fruits sont là. Leur cueillette n’est pas très difficile : les corymbes sont en général bien fournis et on atteint le kilo très rapidement. Mais avant d’en remplir des wagons, je vous conseille de faire un premier essai. Car la saveur des sorbes est … spéciale et relativement amère. Tempérée par un peu de citron et beaucoup de sucre, elle permet de confectionner une gelée dont le résultat peut rappeler de loin la confiture d’orange amère. Mais pour d’autres, ça pourrait tout aussi bien être un goût de médicament !

Voici donc la recette de cette gelée au goût indescriptible :

Gelée de sorbes

Ingrédients :

  • Sorbes
  • Sucre
  • Citrons
  • Pectine

Préparation :

  • Laver les sorbes
  • Les placer dans une grande casserole et les couvrir d’eau à raz
  • Amener le tout à ébullition et le maintenir pendant quelques minutes, le temps que les fruits se ramollissent
  • Passer au presse légume afin de récupérer toute la pulpe
  • Remettre le jus obtenu sur le feu avec un poids identique de sucre et le jus de deux citrons par kilo de jus
  • Amener à ébullition, ajouter la pectine et cuire pendant 15 minutes minimum
  • Mettre en pot à chaud, visser le couvercle et laisser refroidir tête en bas

Attention aux confusions : Alors qu'elle n'aurait pas de graves conséquences avec la viorne orbier, ça n'en serait pas de même avec le chèvrefeuille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...