lundi 11 mai 2009

Faut-il remercier Jean Robin ?

Robinier faux acaciaEn ce moment, les espèces introduites en Europe par l’homme ont du succès dans mes billets. Après la renouée du Japon, voici le tour du robinier. Tout comme son envahissante collègue asiatique, cet arbre originaire d’Amérique est même considéré comme une espèce invasive en France. Et pourtant, il permet de confectionner l’un des meilleurs desserts sauvages qu’il m’ait été donné de déguster : les beignets de fleurs d'acacia.

Mais un peu de culture avant de parler cuisine : le faux acacia doit son nom au botaniste royal Jean Robin qui introduisit le premier exemplaire en 1601. Plusieurs des transplants de celui-ci sont encore vivants dont celui du square Saint-Julien le pauvre, qui avec un âge de plus de 400 ans, est considéré comme le plus vieil arbre de Paris. Il a désormais une impressionnante descendance qui s’est répandue dans toute l’Europe.

Attention aux épines lors de la cueillette !

En ce moment, certaines forêts sont blanches des grappes de fleurs de celui qu’on appelle à tord « acacia ». Leur odeur mielleuse qu’on retrouve dans les beignets est entêtante mais très agréable.

Aujourd’hui, je ne donnerai pas de recette car celle que j’ai appliquée est celle Lilo (Cuisine Campagne). Je vous laisse donc le soin d’aller la consulter [ici].

Beignets de fleurs d'acacia (de robinier faux acacia plus précisément)

En complément du billet très complet de Lilo, voici quelques petits conseils pour la cueillette :

  • Comme pour toutes les plantes sauvage, il faut éviter de récolter à proximité des zones d’activité humaine (routes, industrie, élevage, agriculture)
  • Les grappes avec des fleurs bien développées mais pas fanées donneront les beignets les plus savoureux
  • Une fois les grappes cueillies, il ne faut pas trop attendre pour les préparer car elles se flétrissent très vite
  • Pour ceux qui seraient tentés de goûter du robinier cru, il faut savoir qu’il contient des substances toxiques que la cuisson détruit : abuser de fleurs crues pourrait par exemple provoquer des vomissements
  • Enfin, il ne faut surtout pas confondre les grappes de fleurs de robinier avec celle du cytise qui est toxique (cru comme cuit), mais en se référant à un ouvrage botanique sérieux, la confusion ne devrait toutefois pas être possible

4 commentaires:

  1. bonjour. j'ai une recette de galette ou grosse crepe aux fleurs d'acacia, je compte tester ces jours ci, si la recette t'interresse ? les beignets c'est un peu lourd!cordialement

    RépondreSupprimer
  2. A Divine :
    Je suis toujours preneur de nouvelles recettes. Par contre, pour l'essayer, ce sera peut être que l'année prochaine. Les fleurs de robinier passent trop vite !
    Si de ton côté, tu veux quand même tester les beignets. Ils sont bien plus légers si la pâte n'est pas trop épaisse et surtout si elle est très froide (comme avec les tempuras).

    RépondreSupprimer
  3. Peux-tu nous donner ta recette de beignets de fleurs d'acacia car je ne trouve pas celle que tu as utilisée... Les beignets que j'ai préparés étaient un peu "lourds"
    Merci d'avance
    Annie

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, le lien vers le billet de Lilo n'est plus valide. Comme je sais que tu as mon livre, il te suffit d'aller jeter un oeil page 105 où tu trouveras une variante.
    Pour ceux qui lisent ce commentaire et qui n'en auraient pas encore fait l'acquision ;-) la voici (quantité pour 8 grappes) :
    150g de farine, 20g de sucre, 1 gros oeuf, 15cl de bière, 10cl de lait (entier), une pincée de sel.
    Incorporer la bière en dernier pour préserver un maximum de gaz.
    La pâte est meilleure lorsqu'elle a bien reposé et les beignets sont d'autant plus croustillants qu'elle est froide au moment où elle est utilisée (3 heures au réfrigérateur, c'est parfait).

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...