lundi 21 décembre 2009

Blanc comme la neige

Après 6 mois de déclin progressif, la durée du jour va enfin reprendre sa lente courbe ascendante. Ca commence à devenir déprimant de se retrouver dans le noir (ou presque) à cinq heures. Heureusement que la neige est venue égayer tout ça !

Le yeti serait-il passé par là ?

Bien entendu, avec ce manteau blanc il n’est pas question de cueillettes. Alors on utilise les provisions : séchées, congelées, au vinaigre ou en saumure, il m’en reste encore un peu, mais certainement pas de quoi tenir jusqu’au printemps ! Et ce ne sont pas les quelques centaines de grammes de coulemelles que j’ai réussi à faire sécher qui permettrons de tenir plus longtemps.

Juste avant les chutes de neige, j’ai pu constater que les racines de panais commençaient à avoir un diamètre intéressant. Les tubercules ne sont pas encore bien gros, et même s’ils n’atteindront jamais la taille du panais cultivé, il y a déjà matière à cuisiner.

Panais (pastinaca sativa), version cultivée et version sauvage

Avec la carotte sauvage et la berce, le panais est sans doute l’une des apiacées (ombellifères) les plus communes, alors je n’ai pas hésité à faire un petit prélèvement. Heureusement, car à quelques jours près, la neige aurait reporté la récolte au prochain printemps.

Les feuilles du panais sortent déjà

Cette racine blanche fait partie des légumes dits « oubliés ». C’était le tubercule par excellence avant qu’il ne tombe en désuétude, supplanté par la carotte ou la pomme de terre. Il a pourtant quelques avantages, dont sa saveur sucrée et anisée incomparable et très puissante, surtout lorsqu’il est sauvage.

Chips de panais

Délicieux en purée (avec ou sans pomme de terre), on peut aussi le déguster cru râpé ou frit en chips comme dans la recette qui suit.
 

Noix de Saint-Jacques, chips aux 3 légumes et purée de panais

Ingrédients (pour 4) :

  • 300g de panais cultivés, soient 2 tubercules de taille moyenne (environ 6cm de diamètre)
  • 200g de panais sauvage
  • 200g de pomme de terre blanche à purée (Bintje, Monalisa, ...)
  • 200g de butternut (la partie haute de la courge, celle où il n’y a pas de pépin)
  • 200g de pomme de terre violette vitelotte
  • 8 grosses noix de Saint-Jacques
  • 15cl de crème liquide
  • Un peu de farine
  • Huile pour la friture
  • Beurre
  • Sel et poivre
Noix de Saint-Jacques, chips aux 3 légumes et purée de panais

Préparation :

  • Nettoyer et éplucher les pommes de terre et le panais cultivé
  • Bien laver et brosser le panais sauvage
  • Cuire les panais sauvages et la pomme de terre blanche à l’eau salée, les égoutter, découper en morceaux puis les passer au mixeur avec 15cl de crème liquide, saler, poivrer et réserver
  • Sécher le reste des légumes et les découper en fines lamelles
  • Les faire frire tour à tour (à la friteuse ou dans une casserole) jusqu’à ce qu’ils ne contiennent pratiquement plus d’eau (l’ébullition dans l’huile doit avoir pratiquement disparu, attention de ne pas trop cuire le panais ou le butternut qui peuvent brunir très vite)
  • Bien égoutter l’huile avant de placer les chips sur du papier absorbant
  • Couper les noix de Saint-Jacques en deux (dans l’épaisseur), les saler et poivrer avant de les rouler rapidement dans la farine
  • 5 minutes avant de servir, préparer les assiettes (chaudes) avec un peu de purée, quelques chips
  • Chauffer une poêle, y faire fondre une noix de beurre et lorsqu’il est bien mousseux, y dorer les noix de Saint-Jacques 45 secondes de chaque côté et les servir immédiatement

Remarque : La purée et les chips peuvent être préparées à l'avance.

J'allais oublier : il faut prendre quelques précautions avec le panais sauvage. Celui-ci contient plusieurs substances phototoxiques (furanocoumarines) qui peuvent provoquer des brulures lorsqu'elles sont appliquées sur la peau et combinées avec la lumière. A moins de ne pas y être sensible (de mon côté, je n'ai encore jamais constaté de réaction), il vaut mieux utiliser des gants, comme avec la neige ...

Chène sous la neige

10 commentaires:

  1. Pas de recette de poisson-panais ?

    RépondreSupprimer
  2. les jumeaux aussi ont adopté le panais .. très bon en purée !!!!

    belle-soeur !!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis très heureux de savoir que mes deux neveux de quelques mois se sont eux aussi mis aux légumes oubliés. Mais rien d'étonnant à tout ça, c'est un légume très doux...
    Et Axel ?

    RépondreSupprimer
  4. J'aimerais bien gouter le panais...à suivre.
    oui, la neige a fait du bien aux yeux et au coeur !
    Bonne fin d'année !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Je me permets de vous contacter par vos commentaires car mon équipe et moi-même avons eu l'occasion de visiter votre blog, que nous trouvons très intéressant et dynamique. Passionnés du Web, nous souhaiterions faire connaître votre blog aux lecteurs de News de stars, qui figure parmi les sites féminin people francophones les plus visités. Pour cela, n’hésitez pas à vous inscrire directement à cette adresse http://www.news-de-stars.com/inscription_blog.php et nous nous occuperons de tout.

    J'espère vous compter rapidement parmi nos partenaires privilégiés.

    A très bientôt,

    Hélène de l'équipe blogs reporters News de stars
    News de stars, le féminin people visité chaque par mois par un million de lecteurs !
    blogs@news-de-stars.com

    RépondreSupprimer
  6. Hélène :
    Les thèmes de "sauvagement bon" me paraissent un peu éloignés de la ligne éditoriale de "news de stars"... ou alors il me faut quelques explications !

    RépondreSupprimer
  7. Axel .. comme d'habitude " j'aime pas !!!"
    je n'ai pas trouvé la recette du filet migon en croute d'épices et je voulais la faire à des invités ce week-end !!

    RépondreSupprimer
  8. Axel .. comme d'habitude " j'aime pas !!!"
    je n'ai pas trouvé la recette du filet migon en croute d'épices et je voulais la faire à des invités ce week-end !!

    RépondreSupprimer
  9. Anne-Sophie (qui signe Fabrice) :
    Je ne me souviens pas avoir postée la recette du filet mignon en croute d'épices que j'avais préparé cet été.
    De mémoire :
    La base de la croute, c’était un mélange de farine, épices (un mélange type "curry" convient très bien), sucre et sel dans lequel j’avais roulé le filet mignon découpé en médaillons. Pour la composition du mélange, c’était fait au pif, mais je dirais : 3 volumes de farine, 1 volume d'épices en poudre, ½ volume de poudre de gingembre, 1 volume de sucre en poudre. Pour le sel, c'est au jugé.
    Ensuite, il faut faire chauffer une huile neutre (tournesols, pépins de raisin) ou presque (arachide) dans une poêle, y ajouter un peu de beurre. Dès que le beurre est bien mousseux, il suffit d’y faire cuire les médaillons.
    Le plus difficile, c’est de bien saisir la croute pour qu’elle se tienne, sans la faire bruler (avec le sucre, c'est délicat), tout en cuisant le filet mignon à cœur, mais pas trop pour qu'il ne soit pas sec. Heureusement, grâce à la croute, il se dessèche moins. Mais pour éviter une mauvaise surprise, il faut couper les médaillons à la bonne épaisseur : 2 cm, c'est pas mal.
    Bonne chance, si ce n'est pas trop tard ...

    RépondreSupprimer
  10. J'oubliais :
    Je crois qu'une purée panais / pomme de terre (comme celle du billet) accompagnerait ces médaillons à merveille.
    En restant plus classique, tu peux faire du riz (peut-être un peu trop classique) ou des haricots verts cuits à la vapeur avec un peu d'ail frais haché très finement et une noix de beurre (ce que j'avais préparé cet été si les souvenirs que j'ai en bouche ne me font pas défaut).

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...