jeudi 19 juillet 2012

Le petit monde...

Les innombrables crochets d'une fleur de grande bardane (arctium lappa, famille des astéracées).
Dépouillés de leurs armes, les boutons sont de bons comestibles, comme des mini-artichauts, mais alors vraiment très mini ! Cette petite taille et donc l'ampleur du travail nécessaire pour disposer d'un peu de matière a de quoi décourager !

On jurerai que c'est la même plante, mais pourtant, il s'agit ici d'un bouton d'aigremoine eupatoire (agrimonia eupatoria, famille des rosacées). Aromatiques, les feuilles de cette plante peuvent être utilisées en infusion, mais le goût obtenu ne sera pas apprécié de la même manière par tout le monde !

Un couple de scarabées noirs aux reflets bleutés (anoplotrupes stercorosus), l'un suivant l'autre de très près. Mais je suis bien incapable de dire s'il s'agit bien d'un mâle et d'une femelle !

Surprenantes ces ramifications de veines jaunes dont certaines suivent les motifs formés par les nervures d'une feuille morte en décomposition. Je n'ai pas réellement trouvé de quoi il s'agissait : peut-être badhamia utricularis ou leocarpus fragilis.

Quand je l'ai vue pour la première fois, j'avais en tête un article parlant d'amanites des césars trouvées en région parisienne, mais il s'agit d'une amanite fauve (amanita fulva). A l'instar de l'amanite rougissante ou du bolet à pied rouge, les subsances hémotoxiques qu'elle contient sont détruites par la cuisson, transformant ce champignon toxique en comestible acceptable. Toutefois, sa petite taille et sa fragilité sont plutôt dissuasifs.

Ceux-ci ont l'aspect de jeunes chanterelles en tube, mais leur pied est plein et le chapeau boursouflé ne présente pas de plis sur sa face inférieure. Si quelqu'un a une idée, je suis preneur...
Et c'est par l'e-mail de Sabine que la réponse est arrivée : ce sont des léoties visqueuses (leotia lubrica), non comestibles. Merci !

L'humidité actuelle profite aux limaces comme les loches rouges (arion rufus) qui pullulent dans les bois. Le trou sur le côté, ce n'est pas une blessure mais tout simplement son orifice respiratoire ...

Rouge aussi, les fraises d'Inde (duchesnea indica) deviennent chaque année un peu plus nombreuses. Non toxiques, une confusion avec les vraies fraises des bois (fragaria vesca) n'aurait qu'une conséquence gustative : une absence totale de goût ! Pour les distinguer : fleurs jaunes, forme générale en boule des faux-fruits, couleur blanche de leur chair...

Et pour finir, une petite video de la balsamine à petites fleurs (impatiens parviflora) qui mériterait autant le nom d'impatience ne-me-touchez-pas que sa cousine l'impatience des bois (impatiens noli-tangere)... Difficile de voir exactement ce qu'il se passe malgré le ralenti !

video

4 commentaires:

  1. ah ben mince alors .. une plante qui crache ! la cochonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle avait pourtant prévenu : "ne me touchez pas !" ;-)

      Supprimer
  2. j'ai laissé pousser quelques magnifiques bardanes qui sont aussi grandes que moi.....je vais tenter le bouton en artichaut ( et je ne mettrais pas les plantes dans mon compost après fructification )
    peut être tout cuire à la vapeur et attaquer le cœur en coupant en deux sagitalement??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai peur qu'une fois cuits, même à la vapeur, tout ne se décompose sous tes doigts au moment du décorticage.
      De mon côté, je choisis les fleurons encore en bouton, mais proche de l'ouverture et je les cueille en gardant un centimètre de tige.
      J'enlève ensuite les bractées à crochets, mais je garde le réceptacle et la partie centrale du fleuron (les fleurs tubulaires). Contrairement aux artichauts, à ce stade là, il n'y a pas de foin.
      Il m'arrive même de manger quelques-un de ces mini-artichauts décortiqués comme ça, crus, sur place.
      Mais comme je le disais, c'est beaucoup de travail pour peu de matière...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...