dimanche 22 avril 2012

Un pain très spécial

Ça faisait longtemps que je n'avais pas publié de recette à base d'ortie. Cette plante est un pourtant incontournable pour qui cuisine les plantes sauvages. Non seulement facile à trouver (bien qu'un peu plus difficile à cueillir), elle a aussi l'avantage de ne pouvoir être confondue avec aucune autre : en cas de doute, il suffit simplement de s'y frotter! Et si par je ne sais quel concours de circonstance, on la confondait avec une autre plante, il y a toutes les chances que celle-ci soit un lamier.

Bien que gustativement parlant, ces derniers n'égalent pas l'ortie, ils sont tout aussi comestibles. Le plus connu d'entre-eux est celui qu'on appelle souvent « ortie blanche » : le lamier blanc (lamium album). Ces cousins de la menthe et du thym (famille des lamiacées) n'ont pourtant rien à voir avec les orties (famille des urticacées).

L'idée d'aujourd'hui m'est venue alors que je réfléchissais à un moyen d'embarquer dans un sac à dos de taille réduite, qui plus est dont les deux tiers sont occupés par du matériel photo, un « repas » énergétique, consistant et peu encombrant. C'est en pensant aux « pains de nain » de Terry Pratchett (auteur que j'apprécie particulièrement) que l'idée m'est venue. Pour ceux qui ne connaissent pas cette curiosité, en voici la définition qu'il donne dans son « vade-mecum » du Disque-monde : « Pain de nain : Mets délicat et arme de guerre. Il contient tout ce dont on a besoin pour tenir pendant des jours, principalement parce qu’on accomplit des miracles d’endurance pour se rendre ailleurs où on est pas forcé d’en manger. Le gâteau de nain y ressemble, mais en plus épais. Une tranche de pain de nain est une redoutable arme de jet, surtout à cause de ses qualités de boomerang. ».

Loin de moi l'idée de reproduire cette spécialité culinaire imaginaire (il vaudrait mieux d'ailleurs qu'elle le reste !). Pourtant le concept de pouvoir se contenter d'un seul aliment pendant une grande marche me plaisait. Et quoi de mieux que l'ortie pour un telle préparation : pleine de protéines, riche en fer autres oligoéléments, elle est aussi source de vitamines A et C. Principaux manques : des glucides et les lipides, facile à combler en fabriquant un pain.

Pain de rando aux orties

Ingrédients (pour un pain de 500g environ) :

  • 200g d'orties
  • 300g de farine
  • 25cl d'eau
  • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 10g de sel
  • 5g de bicarbonate de soude

Préparation :

  • Préchauffer le four à 200°C
  • Bien laver puis essorer les orties
  • Commencer par les hacher grossièrement avant de les placer avec l'eau dans le bol d'un mixeur
  • Mixer jusqu'à obtenir une purée fine et sombre (presque noire)
  • Verser le tout dans un cul de poule et mélanger avec la farine, le sel et le bicarbonate
  • Bien mélanger avant de finalement incorporer l'huile
  • Arrêter lorsque l'appareil est bien homogène
  • Le verser sur une feuille de papier cuisson et enfourner pour 40 minutes

Rassasiant, compact, le contrat est rempli. Et en plus c'est bon !

Important : Seules les feuilles sommitales des orties (les plus tendres) doivent êtres cueillies, avec un minimum de tige. Cette dernière contient en effet beaucoup de fibres qui valurent à l'ortie d'être utilisée un temps pour fabriquer de la corde. Inutile de préciser qu'en bouche, ces fibres n'ont rien d'agréable.

8 commentaires:

  1. 5g de bicarbonate + 1 cuillère à café de bicarbonate encore ?

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Et finalement, c'est 5g, ou plus ?
      Ça fait pas beaucoup !

      Supprimer
    2. C'est bien 5g (aux aléas près d'une balance pas très précise pour les petites quantités).
      Ca permet d'obtenir quelque chose de compact (rando = économie de volume, à défaut de poids) avec quand même quelques alvéoles.
      Tu peux essayer avec plus. Mais comme je le dis dans un commentaire plus bas : avec toutes ces orties, la pâte a beaucoup moins d'élasticité et risque de ne pas pouvoir retenir beaucoup de bulles.

      Supprimer
  3. et si je faisais une version avec de la levure de boulanger ce serait peut être plus " alvéolé"??
    ( je note que mon envahissant lamier jaune que ne mangent pas les limaces
    va finir en cuisine)

    RépondreSupprimer
  4. Aucune idée de l'influence que les orties ont ou n'ont pas sur la levure.
    Par contre, comme l'appareil est moins élastique qu'une pâte à pain, une partie des bulles risque de s'échapper et les alvéoles qui resteront auront de moins belles forme que dans du pain classique. Mais c'est à essayer !
    De mon côté, je reste sur la version compacte pour une question de place dans le sac à dos...

    RépondreSupprimer
  5. Je fais de la soupe aux orties mais le pain aux orties je n'y ai pas pensé. Je testerai bien ta recette un de ces jours, ça m'a l'air bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il y a plein d'autre choses à faire encore... As-tu essayé de les sécher et de les réduire en poudre ? Ca permet d'une part d'en avoir à disposition en permanence pour des préparations "classiques" comme la soupe, mais aussi de l'utiliser comme assaisonnement !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...